Actuel

La Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC) du canton de Fribourg a mis à l’enquête une modification des réserves naturelle de la rive Sud du Lac de Neuchâtel.

FSM dépose opposition contre des projets du canton de Fribourg


Il y a quelques semaines, la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC) du canton de Fribourg a mis à l’enquête une modification des réserves naturelle de la rive Sud du Lac de Neuchâtel. La FSM a fait opposition contre ce projet, qu’elle considère comme inopportun et contraire au droit.


Le 12 juin 2020 la Direction de l’aménagement, de l’environnement et des constructions (DAEC) du canton de Fribourg a mis à l’enquête un projet de modification du plan d’affectation cantonal des réserves naturelles de la rive sud du Lac de Neuchâtel (PAC) qui date de 2002. Le projet prévoit notamment la suppression des chalets situé dans la zone de la Grande Cariçaie, ainsi qu’une restriction des voies navigables entre la baie d’Ostende et Portalban. N’ayant pas été consultée par le DAEC, La FSM a dû déposer une opposition motivée.


Le projet de la DAEC prévoit une interdiction de navigation et de baignade dans la zone située au Sud-Ouest de Portalban. En 2002, La FSM s’était battue avec succès pour la mise en place de zones de navigation qui tiennent compte des intérêts de tous les usagers du Lac. La modification proposée constituerait ainsi un retour en arrière qui ne peut être toléré, d’autant plus que projet litigieux est contraire aux règles et plans de navigations définis par l’Ordonnance sur les réserves d’oiseaux d’eau et de migrateurs d’importance internationale et nationale (OROEM). Selon cette ordonnance, qui définit les zones à protéger sur l’ensemble du territoire suisse, la navigation et la baignade est autorisée en été, comme c’est d’ailleurs le cas aujourd’hui.


Nous, la FSM, n'entrons pas dans le thème des chalets dans notre objection. Tant de choses à retenir: Il faut rappeler qu’en 2002 ce problème devait faire l’objet d’une réglementation spéciale qui devait se concrétiser par la mise en vigueur des Contrats-Nature permettant la conservation des bâtiments dans certaines conditions. Le gouvernement cantonal a toutefois été remis à l’ordre par un arrêt du Tribunal fédéral de 2009 concernant la mise en oeuvre des Contrats-Nature – non sur le bien-fondé et le contenu de ces contrats, mais bien plus sur leur intégration dans le système juridique.

Au lieu de se fonder sur les acquis de ces contrats, la DAEC a préféré proposer la démolition pure et simple des chalets. La vision de la DAEC a été critiqués sur plusieurs points, notamment sur le fondement d’un inventaire fédéral qui n’exclut pas les chalets. Il faut noter en particulier que la DAEC s’est uniquement basée sur le rapport de la Commission fédérale pour la protection de la nature et des paysages (CFNP) alors qu’aux termes de l’art. 7 al. 4 de Loi sur la protection de la nature (LPN), l’Etat doit procéder à la pesée de tous les intérêts en présence. Ce rapport ne constitue qu’un des aspects du problème. Un autre élément réside dans le fait que les chalets ont permis le développement actuel de la zone que nous la connaissons aujourd’hui – notamment par la lutte contre l’érosion.

Jean-Pierre Zingg, président

 

Opposition FSM (version réduit)

Stop! Les espèces exotiques menacent la biodiversité indigène

Les espèces exotiques menacent la biodiversité indigène
Aidez-nous à stopper leur propagation!

Nettoyez votre bateau à l'aide d'un jet à haute pression lorsque vous le déplacez d'une eau à l'autre. Ce faisant, vous endiguez la propagation d'espèces exotiques envahissantes et participez à la conservation de la biodiversité locale. Ce nettoyage permet en outre de réduire la résistance due au frottement du bateau qui, de fait, avance plus vite et consomme mais de carburant. De plus, il empêche que la coque ne soit pas recouverte de coquillages et endommagès.


A la sortie de l'eau

1. Lavez l'extérieur de votre bateau avec un nettoyeur haute pression  puissant (utillisez l'eau la plus chaude possible jusqu'a 45°). Vidangez complètement les eaux résiduelles et le fond de cale qui se trouve dans les différants réservoires du bateau.

2. Vérifiez qu'il ne reste aucune saleté ou aucun résidu végétal sur la coque, le moteur, les cordages et l'ancre du bateau ou sur d'autres eléments. Soyez particullièrement attentif aux zones difficiles de la coque et du moteur.

3. Séchez votre bateau et l'equipement au moins pendant 4 jours avant que vous le mettez à l'eau
dans un autre endroit.


Empècher la propagation d'espèces exotiques envhaissantes

Les espèces exotiques sont souvent introduites sans qu'on le remarque. Les poissons, les coquillages, les ècrevisses et les algues sont particullièrement néfastes, car ils supplantent les espèces locales et modifient leur habitat.

Les bateaux de plaisances qui passent d'une eau à une autre, constituent un danger important. Une propagation potentialle des gobies est ainsi possible via un transport des oeufs qui adhère aux coques des bateaux. Ces derniers peuvent également abriter des poissons vivants dans des cavités ou des espaces creux. Des organismes de différents stades  dévoloppement peuvent ainsi être transportés au-dela des barrières naturelles.

Deux espèces originaires du Bassin de la mer Noire représent un risque particulièrement élevé pour les eaux suisses. Arrivées avec les eaux de ballast des cargos, elles peuplent déjà le Rhin. Ces deiux sont en concurrance avec espèces indigènes benthiques our l'habitat etla nourriture. Si elle venait à se propager en amont du Rhin, notaments dans d 'autres eaux, les conséquences pour la faune piscicole indigène pourrait être catastrophiques. Il s'agit d'empêcher cet propagation.

 

Télègarcher la fiche

Reportation de l'Assemblée des délégués FSM 2020

La réunion des délégués et des membres FSM 2020 est reportée

 
Dès que le cours de la pandémie Corona sera plus clair, nous informerons à temps tous les membres de la date de remplacement.
Nous sommes convaincus que nous avons agi dans l'intérêt de tous et nous vous remercions de votre compréhension.

Pas de limite d'alcoolémie, mais capacité de conduire pour les conducteurs de canots pneumatiques et de petits bateaux.

Depuis l'entrée en vigueur des dispositions modifiées de la loi fédérale sur la navigation intérieure (LNI) le 01.01.2020, de nombreux commentaires trompeurs ou mal interprétés sont apparus à plusieurs reprises dans les médias.

Même selon la nouvelle législation, un canot pneumatique (sans moteur) ou un petit bateau (de moins de 2,5 mètres) ne peut être piloté que par une personne apte à la conduite.

La capacité de conduire reste décisive pour les conducteurs de canots pneumatiques sans moteur et de petits bateaux. En cas de contrôles éventuels, il convient de déterminer individuellement si la personne concernée est apte à la conduite.

 

Même sans limite d'alcolémie, la capacité de conduire reste décisive our les conducteurs de bateaux pneumatiques ou de petits bateaux

en haut du site